François Viète

Dans un important traité, publié en 1579, il affirmait pouvoir ramener les problèmes de son époque à la résolution d’équations et émet, à juste titre, la conjoncture selon laquelle la trisection de l’angle est liée l’équation du 3° degré qu’il résolut à sa manière.

Il sera le premier à remarquer les relations, dites de Viète, existant entre les solutions et les coefficients d’une équation algébrique (fonctions symétriques des racines).